Accueil
       Contact              


La Lumière


 
L'Ombre


 
La Lumière est le symbole du savoir.

Les corollaires de la Lumière sont le rêve, la mémoire, l'amour, la compassion, l'empathie, les livres, l'invention, l'inférence, l'illusion, la communication, l'information, l'imagination, l'intuition, la prévision, la folie, les émotions, le bon sens, l'esprit critique, l'honnêteté intellectuelle, l'entraînement, les tests, l'illumination, l'exploration, les sens, la sensualité, la simplicité, l'observation, la réceptivité, l'intelligence, la lucidité, la logique, la tendresse, la culture, la transparence, l'inquiétude, les détails, le sens, goûter...

L'Ombre est le symbole du vouloir.

Les corollaires de l'Ombre sont l'action, le pouvoir, la volonté, la propriété, le droit, le don, l'habitude, la décision, l'envie, l'autorité, l'affirmation, les pulsions, le passage à l'acte, la responsabilité, le domptage, la persuasion, donner du plaisir, l'obéissance, les obligations, les dettes, l'argent, la police, l'obstination, la contrainte, le courage, la ténacité, la tentation, les armes, la fuite, l'esquive, la destruction, trancher, l'exigence, la voix, la routine...

La Lumière est le fait qu'un parent arrive à comprendre ses enfants, qu'un chercheur découvre un nouveau remède, qu'un politicien rêve un monde meilleur, que le gens comprennent le travail des politiciens, qu'un étudiant comprend ce que chacun de ses professeurs veut entendre à l'examen, qu'un frère sent dans quel état d'esprit se trouve sa petite soeur et sait quand il suffit de dire un mot pour la faire rire, qu'un agriculteur se rend compte que quand les hirondelles volent bas cela annonce du mauvais temps...

La Lumière, c'est se rendre compte du fait que des choses que l'on croyait différentes sont en réalité les mêmes et que des choses que l'on croyait identiques sont en réalité différentes. C'est apprendre les choses qui peuvent exister, être capable de les reconnaître, savoir ce qui peut être fait avec et pouvoir les associer. C'est voir ou pressentir l'édifice que forment les choses, être capable de voir et de tenir compte des détails.

De par la nature de leur rôle dans le cerveau on pourrait dire que la sérotonine et l'acétylcholine sont des molécules liées à la Lumière.

Symboliquement, c'est le rôle de la mère de donner la Lumière à ses enfants : la capacité de sentir les émotions ou les problèmes d'autrui, l'art de communiquer avec les autres, l'art de s'occuper d'autrui, la Science des plantes et des médecines...

La Lumière est le fait de tirer les leçons du Passé et penser à construire l'Avenir.

Ce qui est chargé de Lumière est considéré comme beau.

Le pouvoir de la lumière est son attirance. Elle donne du bonheur chaud à qui vient vers elle.

L'Ombre est le fait que nous agissons dans la vie, nous prenons ce à quoi nous avons droit, nous construisons, nous allons vers les autres... C'est la pousse irrépressible d'une graine pour devenir un arbre.

De par la nature de leur rôle dans le cerveau on pourrait dire que l'adrénaline et la testostérone sont des molécules liées à l'Ombre.

Symboliquement, c'est le rôle du père de donner l'Ombre à ses enfants : la fierté d'être honnête, le plaisir du travail bien fait, l'honneur de servir les autres...

La voix d'une personne qui a de l'Ombre pousse les autres à faire ce qu'il demande, à tenir compte de ce qu'il dit. Cette voix peut causer de profondes émotions. On n'a pas cette voix sur commande. Cela ne s'apprend pas dans les écoles de théâtre. Elle est une force qui vient du profond de soi. Elle peut être causée par l'indignation, le besoin de protéger les autres... On commence par avoir subi cette voix de la part d'un parent ou d'un professeur. On est ensemencé par la voix. Elle se développe en nous et un jour nous nous mettons nous aussi à la parler.

Ce qui est chargé d'Ombre est considéré comme séducteur.

Le pouvoir de l'Ombre est la répulsion. Elle met en mouvement. Elle donne une peur froide à l'idée de rester sur place.

Sans Lumière les individus ne se comprennent plus, il s'ensuit la haine et la guerre. L'incapacité à communiquer engendre l'ignorance, l'ignorance engendre la peur, la peur engendre la violence.

Faute de renseignement, de prévision, les guerres seront perdues.

On ne trouvera pas de remède, pas de parade aux famines et aux épidémies.

Connaître beaucoup de choses mais ne pas savoir qu'elles sont fausses, rêver énormément sans se rendre compte que ces rêves sont irréalisables ou dangereux, ne pas se rendre compte que les rêves d'autrui sont réalisables, sont des manques de Lumière.

Un amoureux qui ne comprend pas l'être aimé mais qui croît le connaître, une prostituée qui espère trouver un mari en chaque nouveau client, un toxicomane qui veut voir la réalité autrement, les parents qui torturent leurs enfants pour leur imposer l'avenir qu'ils ont rêvé pour eux, un violeur qui croit que sa victime aime ça, un agriculteur qui croit avoir remarqué que le chant du hiboux annonce un décès, tous manquent de Lumière.

Des problèmes de faible importance seront pris pour des dangers mortels et rendront les gens fous de terreur. Des dangers graves seront négligés.

Faute de Lumière, on est incapable de comprendre sa part de responsabilité dans des problèmes. Ou à l'inverse on s'accuse à tort.

Un manque de Lumière peut amener un bien-être parce qu'on a pas conscience des menaces ou des enjeux. Un manque de Lumière peut aussi causer de vives douleurs parce qu'on ne comprend pas une situation et on craint le pire à tort.

Les jeunes enfants, les toxicomanes et les psychopathes manquent de Lumière. Ils n'arrivent pas à percevoir les émotions d'autrui.

Sans Lumière on ne se souvient pas du Passé et on ne pense pas à l'Avenir.

Sans Ombre les individus ne font plus ce qui est nécessaire à leur survie et à celle de leurs proches. Ils dépérissent dans leur coin, deviennent des assistés.

L'aboulie est le fait de ne pas pouvoir passer à l'acte, de ne pas pouvoir prendre de décision.

Les personnes que nous rencontrons se comporteront souvent avec nous de la façon à laquelle notre Ombre s'attend. Leur Ombre est à l'écoute de notre Ombre. Si nous nous attendons à un refus de leur part, nous le recevront.

Certaines sociétés humaines tendent à casser toute volonté chez une partie de leurs ressortissants et à contrôler de façon étroite la volonté des autres.

Trop de Lumière : les apprentis sorciers feront des bêtises avec des connaissances qu'ils ne maîtrisent pas.

La Lumière aveugle. Combien de personnes ont commis des actes graves parce qu'elles avaient mal compris quelque chose de trop compliqué ou parce qu'elles ne voyaient pas le reste ?

La Lumière brûle. Si on parle à une personne d'une chose pour laquelle elle n'est pas prête, elle se fermera. Son cerveau refusera d'écouter. Elle se protège de trop de Lumière. Combien de personnes ont une vie détraquée parce qu'elles ont eu accès trop tôt à un certain savoir et l'ont mal compris ?

La lumière fait mal, lorsqu'on ressent de la culpabilité parce qu'on comprend ou croit comprendre qu'on a mal fait certaines choses.

La Lumière détruit. On peut mourir de trop d'inquiétudes, de la connaissance de trop de problèmes.

La Lumière peut aussi être une drogue enivrante en donnant l'illusion d'avoir toutes les réponses, toutes les solutions.

Avec un excès de Lumière on cultive les rancoeurs et les désirs de vengeance du Passé. On se souvient des détails qui blessent. On prépare l'Avenir avec trop d'ambition. On est sûr de ce que l'on fait alors que l'Avenir est imprédictible. On est dans l'erreur et cela se payera.

Les personnes chez qui l'Ombre est trop forte, mal contrôlée, seront des violeurs, des voleurs, des tortionnaires, des esclavagistes, des dictateurs, des destructeurs.

La cupidité, la jalousie... poussés par une Ombre trop forte nous pouvons commettre des actes inappropriés. Il s'ensuivra un enfer de remords, d'angoisses ou de douleur pour nous ou pour les personnes que nous avons impliquées.

La démesure de l'Ombre chez certains individus porte un nom : le fascisme.

L'obstination est une façon simple d'avoir raison en public. Il suffit d'affirmer envers et contre tout une chose qui ne peut être vérifiée, en se montrant très sûr de soi. Dans certaines cultures, on forme les jeunes à se comporter de la sorte. Cela leur permet de conquérir les coeurs. La réalité n'a que faire des convictions. Quand leurs théories seront mises à l'épreuve, de façon directe ou détournée, il s'ensuivra des problèmes et beaucoup de malheurs.

Confrontés à un événement qui nous dépasse nous y investissons tout et perdons le reste. C'est la précipitation. Des émotions extrêmes comme la panique ou la haine peuvent mener à cela.

Un excès d'Ombre pousse des parents à tout contrôler chez leurs enfants ou à les laisser livrés à eux-mêmes.

Les intégristes veulent imposer des lois et des règles qui n'ont pas de rapport avec la situation.

L'Ombre peut être quelque chose d'aussi simple qu'une maladie qui se développe aveuglément et tue son hôte. Ou le fait d'être irrépressiblement poussé à manger alors qu'on a déjà assez mangé. De simples mécanismes chimiques sont à la base de ces situations, mais leurs conséquences peuvent être redoutables.

Vendre son âme au Diable, c'est le fait de décider d'utiliser des méthodes répréhensibles pour atteindre à tout prix un objectif. On en payera le prix plus tard. Une fois que l'on a commencé on ne peut plus revenir en arrière. A moins d'un sursaut de Lumière.

Les obligations permettent de faire de grandes choses quand elles servent à persuader des personnes de faire des choses utiles. Mais les obligations mal comprises servent à justifier les choses les plus abominables. "Un homme doit avoir une femme, donc il faut bien que je vous viole. Je suis obligé, vous comprenez." "Je sais bien que si je n'avais pas laissé ma valise ici on ne me l'aurait pas volée, mais il fallait que j'aille chercher quelque chose, vous comprenez." Une personne qui a trop d'obligations peut en mourir.

La terreur est un levier très prisé par les personnes gouvernées par leur Ombre. Elle leur permet de mener par le bout du nez des populations entières.

L'excès d'Ombre peut se vivre au quotidien. Par exemple chez une personne qui ne se préoccupe que de ses envies du moment. Elle caresse, menace, charme ou exerce des chantages pour obtenir ce qu'elle veut. Ensuite elle jette les personnes qui lui ont donné ce qu'elle voulait. Elle jette même la chose qu'elle désirait.

Le Soleil est un symbole de la Lumière. Chaque rayon de soleil est un trait de savoir, d'amour, d'intelligence.

Les faisceaux de Soleil qui traversent le feuillage d'une forêt sont comme autant de traits d'amour et de savoir qui pénètrent notre esprit. Le feuillage symbolise la sagesse : il filtre la lumière autant qu'il la révèle.

Du temps des pharaons un obélisque était une "statue de rayon de soleil". Le dieu Ré était le dieu du Soleil.

Au sein d'une tribu, la Lumière est personnifiée par le Sorcier.

Pour les tribus africaines, la part de Lumière d'une personne est son "âme".

Le vampire est une caricature de l'Ombre.

La pyramide est un symbole du pouvoir.

Au sein d'une tribu, l'Ombre est personnifiée par le Chef.

Pour les tribus africaines, la part de d'Ombre d'une personne est son "essence".

Le Diable est une personnification de l'Ombre. Tout dépend de la façon dont il est décrit ou dessiné. Le Diable éclairé, enjoué, sympathique et rieur est l'Ombre maîtrisée, la force positive, au service des humains. Le Diable écoeurant, sarcastique, effrayant ou torve symbolise l'Ombre non maîtrisée. C'est l'Ombre déséquilibrée, les ambitions et les pulsions incontrôlées, la perversion, la destruction... Pour certaines religion, ce Diable détraqué est une réalité. C'est le Tentateur : celui qui essaye par tous les moyens de faire céder les humains à leurs pulsions, à leurs envies irresponsables, pour les perdre. Il détraque leur volonté, il leur susurre des motivations fallacieuses, il les séduit. Ils crèveront dans des conflits sanglants ou de maladies vénériennes.

La Ténèbre symbolise les groupes occultes qui veulent régir notre vie.

Le Diable est séduisant parce que par essence il ne connaît pas la culpabilité. Il ne fait que jouir de ses actes. La culpabilité est une des pires causes de douleur chez les humains. Le Diable semble être le remède. C'est un problème dans les sociétés où l'on joue sur la culpabilité pour manipuler les gens. Les individus sont écrasés. Régulièrement l'un d'entre eux "cède au Diable", explose et fera des choses atroces. Le Diable utilise la culpabilité et la culpabilité génère le Diable. Cela crée peu de jouissance et beaucoup de malheurs. Dans les sociétés où l'on apprend aux gens à gérer leur culpabilité de façon constructive, on obtient des individus fiables et stables. Là le Diable est en paix. Se font les choses qui doivent être faites. Il y a beaucoup de jouissances et peu de malheurs.

Les intégristes réprouvent la Lumière parce qu'ils ne veulent pas que les individus qui sont sous leur contrôle réfléchissent. Ils ne veulent pas qu'ils évoluent et finissent par les quitter. Il faut qu'ils restent dépendants. Donc ils recourent à la censure, la désinformation et l'obscurantisme.


Les intégristes ne veulent pas que les individus qui sont sous leur contrôle aient une volonté propre. Ils veulent qu'ils soient serviles, des marionnettes. Le Diable a été déclaré "mauvais" pour imprégner l'esprit du peuple de la conviction inconsciente que vouloir des choses ce n'est pas bien.
  La Lumière et l'Ombre sont liées. Les deux doivent coopérer, l'un est nécessaire à l'autre. Ils forment un tout. Il faut vouloir savoir. Il faut savoir ce que l'on veut. L'action part du rêve. Le rêve est un acte. Le savoir donne le pouvoir. Savoir est un travail. Savoir les choses aide à éviter de céder à un excès d'Ombre.

Lumière et Ombre peuvent aussi être antagonistes. L'Ombre peut empêcher la Lumière. Dans un état dictatorial, la presse, les arts et l'enseignement sont muselés. Chez un individu, la volonté d'obtenir quelque chose peut lui faire oublier de tenir compte des besoins, intérêts et émotions d'autrui. Inversement, la Lumière peut empêcher l'Ombre. Une personne qui accumule des connaissances dans le désordre risque de finir apathique, sans plus aucun ressort. Il faut continuellement mettre en pratique le savoir et le rationaliser pour qu'il reste efficace. Un peuple dont le mode de vie est trop raffiné peut devenir incapable de faire la guerre pour se défendre.

La confiance, l'espoir, la foi, la séduction, le plaisir, la douleur, la bonté, l'affection, l'identité, le choix, la passion, la stratégie, les scrupules, le charisme, l'instinct, la tendresse, la culpabilité, la rationalisation, l'organisation, la manipulation, la ruse, l'apprivoisement, les valeurs, le jugement, la construction, la rigueur scientifique, l'honnêteté, la probité, la persévérance, la mesure, l'indignation, le secret, la sagesse, la Justice, la prudence, la parole, l'humour... sont des concepts qui font une synthèse de la Lumière et de l'Ombre. La dopamine a un rôle dans le cerveau entre Ombre et Lumière.

Pour les tribus africaines l'Univers a été créé par un dieu unique. Chez les grecs c'est le dieu Ouranos (il a engendré les autres dieux). Pour les juifs, les chrétiens et les musulmans c'est Dieu (
Allah en arabe, YHWH dans la Torah). Pour les francs-maçons c'est le Grand Architecte. Tout cela est un seul et même dieu, le dieu des monothéistes, sur lequel chaque religion porte une lumière un peu différente. Il est à la fois l'Ombre et la Lumière. D'après les tribus africaines Dieu est lointain, virtuellement inaccessible. Pour les juifs, Dieu est proche, on peut dialoguer avec lui. Mieux comprendre Dieu et avoir permis de l'approcher en pensée serait un apport des juifs à l'Humanité.

Dans le symbole du Yin et du Yang la Lumière et l'Ombre s'interpénètrent. Le Yin et le Yang stipule que l'harmonie vient de l'équilibre entre la Lumière et l'Ombre. Le point noir dans le blanc signifie que le germe de l'Ombre se trouve dans la Lumière. Le point blanc dans le noir signifie que le germe de la Lumière se trouve dans l'Ombre.

Le symbole des quatre éléments peut être pris comme une subdivision de la Lumière et de l'Ombre. L'Eau est le savoir, l'Air est le mouvement, la Terre est le pouvoir, le Feu est la volonté.

L'Islam donne 99 noms de Dieu, qui sont autant de définitions de ses aspects. Elles ressemblent un peu aux listes de mots contenus dans ce texte pour caractériser l'Ombre et la Lumière. L'Islam pousse à trouver encore d'autres "propriétés" de Dieu : on dit aux croyants que le 100ème nom de Dieu est tenu secret parce qu'il confère un grand pouvoir à celui qui le trouve.

Dans la religion chrétienne, la mère symbolise la Lumière, le père symbolise l'Ombre et l'enfant se doit d'être la synthèse des deux. Ou encore : le Père symbolise la Lumière, le Fils symbolise l'Ombre et le Saint Esprit symbolise le passage entre les deux.

Dans la série de films "La Guerre des Etoiles", le côté clair de la Force symbolise un usage équilibré de l'Ombre, éclairé par la Lumière. Tandis que le côté obscur de la Force symbolise l'excès d'Ombre.

Un bon chef sait ce que chacun de ses hommes peut faire et le lui fait faire. Toute personne doit être son propre chef.

Certaines personnes rêvent avec beaucoup de force et de conviction de ce que vous allez faire pour elles. Même en sachant consciemment que vous avez bien fait de ne pas leur obéir, vous ressentirez un sentiment de culpabilité.

On recommande aux automobilistes, dans le cas où leur voiture partirait en glissade sur une route humide ou enneigée, de regarder dans la direction où ils voudraient aller et non dans la direction qu'ils voudraient éviter. De même, ceux qui construisent des choses sont ceux qui ont une vision claire de ce qu'ils rêvent, de l'avenir, de ce qu'ils voudraient que les autres soient ou fassent. Se contenter de critiquer, de contempler une situation inappropriée, ne mène en général à rien. Cela peut même accélérer la survenue des problèmes.

L'Ombre et la Lumière peuvent paraître opposés. Par exemple le fait de ne pas comprendre un chef violent fait qu'on le craint donc qu'on lui obéit ; l'absence de Lumière permet la démesure de l'Ombre. Lever des contraintes qui pèsent sur un artiste peut améliorer la qualité de ses créations ; moins d'Ombre permet plus de Lumière. L'excès d'Ombre de certaines religions a empêché les progrès médicaux dans certains pays pendant des siècles. Des enseignants péremptoires, qui affirmaient connaître toutes choses, ont freiné les progrès de la Science. Il ne faut pas se limiter à ces exemples. Leurs inverses sont vrais aussi. On n'a jamais autant inventé la démocratie que sous la dictature de Louis XIV. Une forme de contrainte est souvent nécessaire à la création artistique. Si un artiste se donne tous les moyens d'expression, par exemple les meilleurs pinceaux et tous les tubes de couleurs possibles, il produira de jolies chos mais ces oeuvres n'auront pas de force, pas de saveur. Si l'artiste limite volontairement ses moyens, par exemple s'il décide de n'utiliser que le blanc et le noir, son travail deviendra beaucoup plus difficile. C'est de cette difficulté que naîtront l'expression et l'émotion. L'artiste devra travailler dur, se creuser la tête, pour trouver un moyen de s'exprimer malgré les contraintes qu'il s'est imposées. Quand il aura trouvé ce moyen, quand il l'aura concrétisé sur la toile, le résultat sera fort, imposant. En Science, il peut être bon qu'un professeur énonce clairement des théories, qu'il les affirme en détails précis et les pose comme un bloc de granit. C'est ce qui permettra à ses élèves de remettre les théories en question, d'aller plus loin. Ils pourront s'attaquer aux détails, parce qu'ils ont été mentionnés de façon précise par le professeur. Un professeur qui se contente de dire "on est sûr de rien", "on travaille sur la question"... empêche les progrès de ses élèves. En disant "on travaille sur la question", il signifie à ses élèves que des personnes plus compétentes qu'eux sont sur le coup, donc qu'il ne sert à rien de se pencher sur le sujet. En disant "on est sûr de rien", d'une certaine façon il signifie que tout ce que ses élèves pourraient trouver viendra se raccrocher à la théorie existante, qui est ouverte. Donc que le mérite des élèves sera moindre. La déontologie est très importante ici : un bon professeur se doit aussi d'expliquer à ses élèves qu'aucune théorie n'est sûre. Il doit reconnaître tout de suite quand ses élèves apportent quelque chose de concret. Il doit chercher des arguments en leur faveur. Il ne faut pas se contenter d'affirmer clairement les choses, il faut aussi aider ceux qui veulent les remettre en question. Il faut que les élèves puissent revendiquer leurs victoires.

La dépression nerveuse, la paranoïa, la schizophrénie, la mégalomanie, la mythomanie, la timidité, la malhonnêteté, l'intégrisme, l'autoritarisme, l'anorexie, l'escroquerie, se prendre au sérieux, l'inquisition, la corruption, le mensonge, la kleptomanie, la haine, la perversion, le fait de ne pas arriver à faire comprendre à des hôtes qu'il faut qu'ils partent parce que vous avez du travail, le fait de croire que tout acte inadéquat doit entraîner une punition, le fait de croire que si une personne fait une chose inadéquate c'est nécessairement qu'elle a décidé de le faire et qu'elle a les moyens de faire autre chose, le fait d'être choqué par ce qui ne vous encense pas, un maquereau qui imagine qu'une fille travaille pour lui et qui le lui impose par la force, le fait d'avoir bien compris qu'on n'a pas le droit de faire une chose mais par un lent processus d'autopersuasion se convaincre qu'on peut quand même, le fait de se faire une fête de fixer un rendez-vous à une personne et puis l'oublier ou bien stresser au moment du rendez-vous au point de ne pas s'y rendre, un voleur de grand chemin qui rêve à son futur butin au point de finalement ne faire que reprendre son bien... Ce sont là des désordres de la Lumière et de l'Ombre. Les personnes qui en sont atteintes ont un problème de rêve et d'image de soi. Certaines fonctions de leur cerveau fonctionnent de façon exagérée ou inappropriée, ou ne fonctionnent pas assez. Ces fonctions ont toutes leur raison d'être. Elles sont nécessaires à la survie. C'est souvent une bonne chose de se demander quelle est le rôle normal d'une fonction qui pose problème chez quelqu'un, quelle est la raison pour laquelle la Nature l'a créée. Chez les enfants ces troubles ne sont pas graves. Ils ne peuvent de toute façon rien faire de grave puisqu'ils n'ont pas de responsabilités. Leurs cerveaux étant en perpétuelle construction et transformation, si l'environnement s'y prête le problème sera rapidement résorbé. Il est une manifestation tout à fait normale de leur croissance. Chez les adultes, par contre, dont le cerveau est plus figé, les véritables guérisons sont plus difficiles à obtenir.

Dans le cadre de ce système symbolique, un menteur est une personne qui croit pouvoir tricher avec Dieu, qui croit pouvoir se jouer de Lui. Une personne qui refuse de donner de l'affection est une personne qui se bat contre Dieu. Une personne qui ne se trouve pas digne de recevoir de l'affection et qui ne se rend pas compte de l'importance de l'affection qu'elle peut donner aux autres, est une personne qui croit qu'elle ne compte pas aux yeux de Dieu.

De grandes abominations ont été commises par des chefs qui avaient de grands desseins, une Ombre imposante, mais qui manquaient de morale et de sagesse. Ils avaient peu de Lumière. Dans un premier temps leurs actions brutales leurs permettent d'obtenir des résultats impressionnants. Ensuite tout s'effondre.

Parfois on confond Lumière et Ombre. Par exemple chez certains professeurs un étudiant obtiendra ses notes en fonction de sa volonté à réussir et non en fonction de sa maîtrise du savoir. A l'inverse, lors de certains interviews d'embauche on choisira les candidats en fonction de leur savoir, souvent inutile, au lieu de les choisir en fonction de ce qui compte réellement : leur volonté d'obtenir des résultats dans leur travail.

Un certain endoctrinement dit que les personnes qui font des études ont la Lumière et que les ouvriers ne l'ont pas. En réalité la Lumière est autant dans le chef d'un ouvrier qui trouve le moyen d'ajuster des pièces que chez un mathématicien qui réussit à résoudre une équation nouvelle. C'est la même démarche. Réciproquement il existe des ouvriers sans créativité et des mathématiciens qui ne font que réciter des formules ou appliquer des procédures.

Le rêve, le passage à l'acte, s'occuper d'autrui... ces choses procurent un plaisir immense. Elles sont donc dangereuses, peuvent engendrer de nombreux problèmes. Le rôle de la religion, de l'éducation, est de permettre aux gens de faire pour un mieux. Hélas, souvent on se contente d'interdire et de cacher.

Certaines personnes ne posent aucun acte sans avoir l'approbation de ceux qui les entourent. Il leur faut des ordres. Ces personnes-là ne s'attirent la sympathie de personne. Elles sont transparentes, inexistantes. D'autres au contraire passent à l'acte, d'autorité, en toutes circonstances. La qualité de leurs actes dépend de leur niveau global d'expérience, de morale, d'intelligence, de culture et de sagesse. Il sont vénérés par les personnes qui ont un niveau plus bas qu'eux et sont considérés comme des criminels par les personnes qui ont un niveau plus élevé. Il sont incompris par les personnes qui ont un niveau beaucoup plus bas qu'eux et sont considérés comme des victimes par les personnes qui ont un niveau beaucoup plus élevé. Deux personnes qui ont un niveau bas prennent souvent des décisions incompatibles entre elles. Un travail d'endoctrinement et d'encadrement est nécessaire pour constituer un groupe homogène de personnes ayant un niveau bas. Les personnes ayant un niveau élevé, même si elles proviennent de cultures très différentes, prennent des décisions souvent très compatibles entre elles. Tout au moins ces personnes instruites arriveront-elles à s'entendre sur les choses à faire. Elles arriveront à créer l'accord sur les projets, voire l'unité. Le judaïsme symbolise cela en expliquant qu'à la mort l'âme rejoint Dieu, pour ne plus former qu'un tout où il n'existe plus de désaccords. C'est l'état ultime de Paix. Un juif se doit de s'éduquer toute sa vie, afin que le jour où il cesse d'exister, il arrive le plus instruit possible dans le "grand tout". L'intérêt des symboles résidant uniquement dans leur application dans le quotidien, cela signifie qu'une véritable éducation, une véritable instruction de tout le peuple, apportent la paix et la prospérité. Ce principe n'est pas élitiste, en ce sens qu'un analphabète qui arrive à bien gérer son troupeau de chèvres et son chien est un savant.

Les partis politiques de Gauche sont davantage portés à la Lumière. Les partis politiques de Droite sont davantage portés à l'Ombre. C'est parce que ces deux pôles sont nécessaires et indissociables que les pays démocratiques pratiquent l'alternance entre les partis politiques. Ces pays oscillent entre la Gauche et la Droite au fil des années, tout comme les pensées d'une personnes oscillent entre la Lumière et l'Ombre au fil des secondes ou des semaines. Quand les habitants d'un pays n'ont pas un niveau d'éducation assez élevé pour comprendre ce qui se passe, ils seront portés vers la Droite. C'est à dire vers les règles et les lois, que l'on peut appliquer sans vraiment comprendre. Si leur niveau d'éducation est suffisamment élevé, ils seront portés vers la Gauche : vers la gestion intelligente et compréhensive des choses. Quand il se passe des événements graves, ils seront portés vers la Droite, qui agit vite et fort. Quand tout va bien, il préféreront la Gauche, qui est plus douce à vivre, qui n'impose pas des règles inadaptées et destructrices. Le rôle de la Gauche est de tirer les conséquences des dégâts causés par l'aveuglement de la Droite. Le rôle de la Droite est d'agir quand la Gauche n'arrive plus à proposer de solutions convaincantes. La Droite applique alors des règles inventées auparavant par la Gauche. Quand le niveau d'éducation de la population baisse, elle est naturellement portée vers la Droite. Pour survivre, la Gauche est perpétuellement obligée de travailler à éduquer les gens : leur faire découvrir qui ils sont, leur apprendre le Monde, leur apprendre les autres... Il faut qu'un nombre suffisant de gens aient le niveau nécessaire pour réaliser que les idées de Droite sont de méchantes bêtises. Ce que la Gauche doit au moins veiller à faire, c'est que quand le pays glissera vers la Droite les gens aient malgré tout le niveau nécessaire pour affronter les problèmes en ne faisant pas trop de dégâts ni de massacres. La Droite prétend savoir les choses tandis que la Gauche cherche à comprendre les choses.

La Lumière est sensée éclairer celui qui veut Agir. Pour tenter de faire le tri entre les actions qui devraient être faites et celles qu'il faudrait éviter, les humains ont développé les notions relativement abstraites de "bien" et de "mal". Les personnes politiquement de droite pensent être capables de faire le tri entre ce qui est bien et ce qui est mal. Les personnes politiquement de gauche pensent être capable d'organiser ce qui amène le bien et d'éviter ce qui amène le mal.

D'après les psychologues il y a deux attitudes de base face à une situation : l'attaque ou la fuite. L'attaque peut être le simple fait d'accepter de prendre en charge un problème. Le fuite peut être un simple refus. L'attaque et la fuite sont des réflexes innés, que l'on n'a pas besoin d'apprendre. Ils ressortent de l'Ombre. Mais apprendre à retrouver son calme après l'attaque ou analyser correctement les conditions d'une fuite, ce sont des choses qu'il faut apprendre à faire et qui ressortent de la Lumière. Si on n'est pas capable de retrouver son calme après l'attaque, on vivra perpétuellement en état d'attaque --en état de stress. L'organisme finira rongé. Si on n'est pas capable d'analyser correctement une fuite ou un échec d'attaque, on reproduira les mêmes erreurs. Certaines personnes tentent de contourner le problème en évitant systématiquement les situations de stress. Leur monde s'écroulera faute de labeur et de réalisations, l'inactivité les détruira. D'autres personnes encore recourent à des drogues pour se calmer après ou pendant l'activité. Si elles savent gérer la drogue elles vivent parfois plus sainement que des personnes qui n'ont pas appris à se calmer. Mais rien ne vaut le calme par le contrôle naturel de l'esprit. Plus difficile encore est ce qu'il faut apprendre à faire quand on ne peut ni attaquer ni fuir. Il faut apprendre à renoncer, à accepter. Une personne qui ne peut ni attaquer ni fuir et qui n'a pas appris à accepter, encourt des problèmes psychologiques graves voire des maladies somatiques qui peuvent causer sa mort. C'est une part du travail des religions que d'apprendre aux hommes à accepter. Certaines expliquent aux hommes qu'ils sont insignifiants face aux choses du Monde et ne peuvent donc intervenir sur tout. D'autres expliquent que toute situation est planifiée par une conscience supérieure et doit donc être acceptée. Ces choses que les religions expliquent sont des "trucs" psychologiques qui donnent de plus ou moins bons résultats. Ils ont des effets secondaires pervers : ils entraînent une déresponsabilisation, des abus... Par exemple certaines religions utilisent leur art de faire accepter les choses aux gens pour leur faire accepter les situations les plus ignobles : maladie, esclavage, souffrances inutiles... elles vont même jusqu'à éliminer physiquement les personnes qui ont les moyens intellectuels nécessaires pour résoudre ces problèmes. Beaucoup de personnes utilisent des drogues pour accepter la réalité, pour l'oublier ou en inventer une autre. La seule bonne approche est d'apprendre à accepter les choses par la volonté de l'esprit, sans recourir à des prétextes douteux ni à des drogues. Il faut beaucoup de travail et de Culture pour être capable de se calmer, d'analyser et d'accepter les choses de façon saine.

Le rôle d'un parent est d'imposer le Monde à son enfant. C'est un travail d'Ombre. Il faut parfois brimer l'enfant, le contraindre, pour le forcer à voir le Monde tel qu'il est et lui apprendre à y vivre, à l'affronter efficacement. Si cela n'est pas fait, l'enfant risque de réinventer le Monde dans son imaginaire et de s'y offrir une place merveilleuse. Devenu adulte cet enfant continuera à rêver. Il risque de devenir un bandit qui impose ses rêves, de se droguer, de se suicider parce qu'il ne peut concilier la réalité de ses besoins à ses rêves... Un parent doit aussi faire un travail de Lumière : il doit accepter, approuver et féliciter l'enfant pour ses qualités. Il doit lui permettre de les développer, d'en faire des projets, de s'insérer avec brio dans la réalité. Il doit confier l'enfant à d'autres personnes, qui sauront découvrir et développer encore d'autres qualités chez l'enfant. La plus importante des qualités qu'un parent doit affirmer chez son enfant est le fait-même que c'est son enfant. Beaucoup de parents essayent de faire ces travaux d'Ombres et de Lumière mais s'y prennent mal. Ils inventent de toutes pièces des raisons de brimer leurs enfants, sont violents ou clament des qualités de leurs enfants qui n'existent pas ou qui n'ont pas été développées. Ils écrasent leurs enfants ou ils font se développer à outrance leurs rêves stériles. Parfois les deux en même temps. Pour être un parent acceptable, il faut avoir une Lumière et une Ombre correctement développés. Cela peut même suffire en soi, car le plus important pour les enfants est l'exemple qu'on leur donne.

Une personne qui croit savoir ce qu'il faut faire, qui croit avoir une bonne idée, une bonne pulsion, en éprouvera de la jouissance. Elle aura envie de passer à l'acte. C'est pour cette raison que l'on dit que le Diable est séducteur, charmeur. Il est appétissant, attirant, rassurant... Il pousse à passer à l'acte. Mais si pour une autre personne cette idée ou cette pulsion est une mauvaise idée, qui entraîne des problèmes et des souffrances, alors pour cette personne le Diable apparaîtra laid et repoussant. Cette deuxième personne tendra donc à stopper l'acte. Cela ne permet pas de savoir qui a raison. L'un comme l'autre peuvent se tromper. Tout les deux peuvent se tromper. Ou même aucun des deux. L'Ombre est nécessaire dans certains de ces cas pour qu'une personne se lève et affirme les choses.

Quand les employés d'une entreprise ont trop peu de Lumière pour comprendre leurs rôles et les enjeux, ils n'auront que peu ou pas d'Ombre pour travailler. Le rôle du chef est alors important. D'une voix ferme il doit stresser ses employés, leur insuffler l'Ombre nécessaire à un travail diligent. Par contre si les employés ont un bon niveau de Lumière, une attitude autoritaire les fera partir ou diminuera sensiblement leur rendement. Il vaut alors mieux que le chef soit un employé comme les autres, avec un rôle centralisateur.

Les personnes qui ont dévoyé la religion se permettent de canaliser la Lumière. Elles présentent à leurs adeptes une image adaptée de la réalité. Elles leur occultent des raisons d'avoir peur ou en amplifient d'autres. Elles leur inventent des explications des choses et un semblant de savoir qui donnent une grande joie. Tout en leur apprenant à ne plus penser à d'autres choses. Par exemple avec des phrases comme "Ce qui est, est." ou "Toute idée, toute invention, est le fait de Dieu. Nous ne sommes rien.". Dans certaines de ces sectes les adeptes vivent un paradis artificiel permanent. Dans d'autres sectes ils sont rongés de peurs. Parfois les deux en même temps. Mais dans tous les cas ils réalisent les ambitions de ceux qui les gouvernent. Celui qui impose la Lumière impose aussi l'Ombre.

Il est normal qu'un jeune enfant martyrise un insecte ou un petit animal, qu'il s'amuse des réactions de la bestiole sans aucune conscience de sa douleur. Il n'a pas d'empathie, tout comme quelques années auparavant il n'avait même pas la parole. Le rôle des adultes est d'éviter ces événements aux maximum. Mais cela ne permet pas de dire que l'enfant est mauvais. La Lumière est une chose qui se développe avec l'âge, qui s'apprend, qui se révèle ou fil des événements. Certains adultes n'ont jamais acquis l'empathie. Ou elle a été tuée en eux. Ils peuvent alors être des bandits qui font souffrir autrui ou des chefs d'états qui ordonnent l'extermination de peuples entiers par simple calcul politique.

Les christs et les antéchrists sont des personnes qui ont de grandes idées et de fortes convictions. Ils savent les imposer à des foules entières, par leur charisme. C'est un mélange irrationnel d'une forte dose de Lumière et d'Ombre. Ce sont des gens qui apportent des choses à l'humanité. Ils causent aussi beaucoup de malheurs. Il faut beaucoup de temps et de travail avant de digérer les affirmations des christs et des antéchrists. Le mérite d'un christ ou d'un antéchrist peut résider dans le fait qu'il a permis de comprendre qu'il faut faire le contraire de ce qu'il a enseigné. Si les opinions de la personne sont jugées globalement positives, on la qualifiera de christ. Si elles sont jugées globalement négatives, on la qualifiera d'antéchrist.

Un excès d'Ombre vient hélas souvent en réponse à un manque de Lumière. Par exemple on attend d'une personne qu'elle perçoive les émotions ou les problèmes de son entourage. On attend d'elle qu'elle se comporte en fonction. Si une personne a besoin de repos ou de recueillement, il faut le sentir et ne pas lui adresser la parole. Si on le fait quand-même, la personne donnera une seconde chance en disant explicitement les choses : "S'il te plaît, laisse moi seul.". Si on ne sent et ne comprend toujours pas, alors cela peut finir par la violence : un départ, des cris, des propos blessants voire des coups. En général, si on est arrivé à ces extrêmes, on ne comprendra toujours pas. Mais on obtempérera et peut-être se mettra-t-on à réfléchir ou à se renseigner, à apprendre. Le manque de Lumière peut aussi être dans le fait de la personne qui voulait rester seule : si elle ne se rend pas compte que son désir d'être seule avait été compris. A l'échelle d'un pays le recours à un excès d'Ombre faute de Lumière peut avoir des conséquences dramatique. Si le niveau d'éducation dans ce pays baisse trop et que la survie des habitants devient donc difficile, une petite partie des habitants va se saisir par la force des privilèges et des biens. Les autres habitants seront réduits en esclaves ou en chair à canon.

Un excès d'Ombre mène à une régression de la Lumière. Par exemple dans les dictatures on interdit et on élimine les livres qui ne sont pas en accord avec la doctrine du dictateur.

Le serpent se mord la queue. Un excès de Lumière ou d'Ombre est très proche d'un manque de Lumière ou d'Ombre. Un fonctionnaire qui par un excès d'Ombre se tient trop rigoureusement au règlement, manque d'Ombre pour faire des choses utiles. Un jeune qui par un excès de Lumière a le savoir nécessaire pour faire une expérience dangereuse, a par là-même un manque de Lumière pour faire cette expérience en sécurité. On ne lâche les enfants dans le Vaste Monde que quand ils ont acquit assez de Lumière pour savoir qu'ils n'en ont pas assez.

"Le" Savoir est une chose. Mais il y a "les" savoirs. Notre cerveau sait beaucoup de choses. Il s'avère à l'usage que ces choses peuvent être contradictoires. Il en résulte des conflits, des paradoxes, des tensions dans nos pensées. Nous ne savons plus quoi faire, nous sommes préoccupés. Cela peut nous mener à de graves problèmes physiques et mentaux. Des gourous nous proposent des solutions simplistes. Il vaut mieux aller trouver des personnes de bon conseil : parents, amis, auteurs de livres, autorités spirituelles ou psychologues. Il nous faut mieux discerner les choses, apprendre des choses nouvelles qui permettent de mettre de l'ordre. Simplement apprendre les mots qui permettent d'exprimer ce qu'il y a en nous. Il nous faut déterminer ce qui est important et ce qui l'est moins, comprendre qu'une chose vaut dans certains cas mais pas dans d'autres. Accepter le simple fait que certaines choses n'ont ni réponse ni solution. Il nous faut ranger les choses dans notre tête d'une façon appropriée à la façon dont notre propre cerveau travaille. Si nous essayons de mettre dans notre cerveau une version simplifiée de ce qu'il y a dans le cerveau d'une autre personne, nous serons forcément moins performant. Les informations qui se trouvent dans les cerveaux des autres sont une nourriture vitale pour le nôtre mais il ne faut pas oublier de la mâcher et de la digérer. Ensuite seulement ce qu'il y a dans notre cerveau deviendra intéressant pour les autres. Cela formera un grand tout qui peut se rendre utile.

Fondamentalement le mal n'existe pas. Tout le monde essaye de bien faire, même les dictateurs et les maladies. Si une personne fait du mal à une autre personne, c'est parce qu'elle ne se rend pas compte de ce qu'elle fait ou qu'elle croit qu'il y aura du bien au bout du chemin. Une personne ivre de vengeance, désireuse de faire souffrir un Monde entier, veut au fond d'elle-même redresser un tort ou punir une injustice, ce qui est bien. Dans la Nature il y a beaucoup de choses qui peuvent faire souffrir : les maladies, les accidents... Mais la Nature n'a pas de conscience. Elle ne prend pas la décision de faire souffrir. Il n'y a que des phénomènes météorologiques, des animaux qui se nourrissent ou se défendent. Si nous pouvons ressentir la douleur c'est parce que cela nous permet d'apprendre et d'éviter ce qui nous détruit. Les notions de mal, de Diable méchant ou de Dieu punisseur, ont été inventées par les hommes. Ils subissent des douleurs et des revers, il leur faut trouver des mots pour en parler. Le problème est que ces notions de mal sont à leur tour utilisés par l'homme pour faire le mal. En croyant que le mal est une intention dans les homme ou dans la Nature, certains hommes créent plus de mal encore. Ils croient qu'ils doivent détruire ou réprimer ce qui "contient" le mal. Certains disent que l'homme contient le mal parce qu'il éprouve du plaisir en faisant ce qui est interdit. Une meilleure explication est que l'homme est un explorateur. Il éprouve du plaisir à explorer. C'est grâce à cela qu'il apprend à connaître son environnement et qu'il devient plus apte à y survivre. Faire ce qui est interdit est une des formes d'exploration. Ce n'est pas l'interdit qui donne du plaisir, c'est l'exploration. Il faut apprendre aux enfants à explorer en nuisant le moins possible à autrui. Les empêcher d'explorer ne peut mener qu'au mal.

A la base, l'Ombre pousse à la lutte entre les individus. Les puissants exploitent les pauvres. Le fort détruit le faible. Les grandes bêtes mangent les petites bêtes et les très petites bêtes mangent les grandes bêtes. L'Amour inverse l'action de l'Ombre. Par Amour, une maman lionne ne mange pas ses petits. Ils constituent pourtant un repas de choix. Elle passera des mois à chasser pour eux et à les protéger. Dans les pays civilisés, les politiciens mettent leur volonté au service de la population. On se dévoue pour les plus faibles au lieu de les écraser. Une armée est beaucoup plus puissante et a moins de pertes au combat si chaque soldat fait passer la vie de ses camarades avant la sienne. Dans les dictatures l'Amour est perverti : on fait croire à la population que le dictateur éprouve de l'Amour pour le peuple alors qu'il ne fait que l'exploiter.

L'humain est grégaire. Il est fait pour vivre en bande. Son instinct le pousse à s'assimiler à une bande. C'est au sein d'une bande qu'il vivra ses actions et qu'il partagera un certain savoir. Son affection ira vers les membres de sa bande. Dans un pays, tout est souvent question d'affrontements ou d'arrangements entre bandes. Que l'on soit membre d'un syndicat, d'un parti politique ou d'un groupe d'industriel, on n'est jamais qu'un membre d'une bande. Cette bande a ses intérêts et arrive ou non à s'entendre avec les autres bandes. Tout dépend du niveau d'éducation. S'il est bas, il y aura beaucoup d'affrontements. S'il est élevé, des arrangements constructifs seront possibles. Certains systèmes philosophiques, par exemple celui de l'Empire Romain, essayent d'amener tous les humains à se sentir membres de la même grande bande. On est citoyen romain, quel que soit son rang social ou son origine ethnique. Cela rend les choses plus simples. Cette idée a été élargie à toute l'Humanité par le christianisme et a été adoptée par l'Empire Romain pour tenter de préserver son intégrité. Ces super-bandes n'ont pas toujours une structure très stable. Beaucoup d'individus en leur sein se sentent abandonnés à eux-mêmes et vont alors spontanément reformer de petites bandes. Ces petites bandes seront par exemple des fonctionnaires qui s'associent entre eux pour voler l'état ou ces bandes armées qui sévissent dans les pays en voie de développement. Ils reconstruisent des règles et des conventions de bande, souvent sans même s'en rendre compte. C'est instinctif. Nous sommes génétiquement programmés pour cela. Le système en place est responsable de la formation de ces petites bandes néfastes. D'abord parce qu'il a cherché à détruire les petits bandes, y compris les familles. Par exemple en imposant un ordre moral carcéral aux familles. Ensuite parce qu'il a réduit le niveau d'instruction des individus volontairement, pour mieux les manipuler. Dans un monde civilisé, il faut respecter la formation des bandes. Il faut apprendre aux individus à former les bandes les plus positives possibles. Pour bien faire un individu ne doit pas appartenir à une bande bien précise. Il doit plutôt être membre d'un grand nombre de petites et de grandes bandes ; sa famille, la famille de son conjoint, ses collègues de travail, son syndicat, son parti politique, sa religion, son pays, sa Planète... Concilier une affiliation sincère à toutes ces bandes est à priori complètement schizophrène. A condition d'avoir beaucoup d'éducation et du temps libre pour méditer, on peut y arriver.

Une bonne obligation est une obligation librement consentie. Une personne qui s'astreint à un entraînement sportif rigoureux peut en retirer de grandes satisfaction. Un bon soldat a compris que la Guerre est une chose horrible mais qu'elle peut être nécessaire. Il n'est pas mauvais qu'il existe des écoles ou les enseignants sont durs, à condition que les enfants les choisissent librement et puissent les quitter tout aussi librement. Par contre les obligations imposées, surtout à des personnes qui ne les comprennent pas, peuvent avoir des effets catastrophiques. Un des problèmes de l'Occident est que jusqu'à la moitié du XXème siècle les enfants avaient l'obligation "d'aimer" leurs parents. Après on est passé çà l'obligation pour les parents "d'aimer" leurs enfants. On est passé d'un extrême à l'autre. A aucun moment il n'y a réellement eu de l'amour. Ce ne sont que des obligations, de la crainte, des angoisses voire de la détresse et des abus. Dans les sociétés plus évoluées, un dialogue est possible entre parents et enfants. Alors il peut y avoir une entente, du respect, de l'amour...

On me demande parfois la différence entre un pirate et un hacker. Essentiellement un pirate est négatif et un hacker est positif. Le pirate utilise tout et n'importe quoi pour son profit immédiat. Que ce soit pour gagner de l'argent ou du prestige, il abuse des ordinateurs d'autrui, il vole des données ou de l'argent... Il se fiche complètement de la Loi et des intérêts des autres. Le pirate accumule des connaissances uniquement dans le but d'obtenir un meilleur rendement de ses attaques. Certains pirates connaissent assez bien la Loi mais c'est pour mieux en abuser. Un hacker, au contraire, cherche à protéger les intérêts des autres. Un hacker est une personne qui se documente et qui expérimente, parce qu'elle veut devenir la plus compétante et la plus efficace possible, en toute généralité. Il peut arriver qu'un hacker viole la Loi mais il ne fait que dans des circonstances bien précises. Par exemple pour essayer des choses, sans que cela nuise. Il peut aussi le faire si c'est nécessaire pour respecter l'esprit de la Loi. Cela veut dire que certes il viole la loi mais en réalité il ne fait que mieux l'appliquer. Les hackers connaissent souvent mieux la Loi que la plupart des gens. Ce sont donc des personnes plus fiables que la moyenne. Leur seul problème est qu'ils font un peu peur, comme les sorciers. On ne comprend pas toujours ce qui leur passe par la tête mais on est épaté par leurs capacités.

Transmettre le savoir aux autres n'est pas toujours une chose évidente. Certaines entreprises, par exemple, sont spécialisées dans des choses que leurs clients pourraient facilement faire eux-mêmes. Il s'agit parfois de choses aussi simples que de faire un réglage dans un logiciel. Un enfant de douze ans pourrait le faire. Mais le client n'est pas au courant. Il croit que c'est une chose de haute technicité et est bien content de payer une fortune pour qu'un technicien vienne le faire. De telles entreprises peuvent devenir riches à centaines de milliards, en exploitant la naïveté et les peurs des clients. D'autres entreprises, qui prennent le temps d'expliquer les choses à leurs clients, font faillite. Elles touchent beaucoup moins d'argent et perdent leurs clients... Elles disparaissent et laissent la place au premier type d'entreprises. Si cette politique est bien la plus intéressante à court terme pour une entreprise, elle ne l'est pas pour la Société dans son ensemble. Sur le long terme, un pays survivra mieux s'il a beaucoup d'entreprises du deuxième type, qui distribuent leur savoir. Pour que le deuxième type d'entreprise survive, il n'y a qu'une seule solution : le niveau culturel des habitants du pays doit être suffisamment développé pour qu'ils comprennent tout cela et favorisent le deuxième type d'entreprise. C'est un exemple de ce qu'on appelle la dignité.

L'organisation est à la base des civilisations. Elle est également à la base d'un individu. On est un travailleur à partir du moment où on s'organise chaque jour pour travailler, on investit chaque jour du temps et des pensées pour bien faire son travail. On est un amoureux si on s'organise tous les jours pour passer du temps avec l'être aimé, pour s'occuper de lui. Cette organisation peut éventuellement être consacrée par la cérémonie du mariage. On est un toxicomane si on s'organise au jour le jour pour se procurer sa drogue et en vivre les effets. La routine est la mort de l'organisation, parce qu'elle est la perte de la composante de Lumière de l'organisation.

Les mots "compétence et "maîtrise" sont utilisés parfois en terme de Lumière, parfois en terme d'Ombre. Une "compétence ministérielle" veut dire que le pouvoir sur un domaine donné est confié à un ministère. Pourtant le Ministre et son cabinet peuvent être très incompétents dans la compétence qui leur est confiée. De même, si les gardes dans une prison ne maîtrisent pas leur métier, ils seront obligés de recourir à la violence pour maîtriser les détenus.

On croit qu'une personne qui commet un acte illégal ou nuisible en éprouve du plaisir. On se dit qu'un démon jouisseur en elle hurle de rire à l'idée du mal qui est fait et que la personne en profite. Je crois plutôt que la personne est anesthésiée, que ce soit par la fatigue, l'ignorance, la drogue ou un problème neurologique quelconque. Elle peut éprouver du plaisir, voire une violente envie, à faire ce qu'elle fait. Mais ce plaisir ne vient pas de la transgression. Dans beaucoup de cas il n'y a aucune émotion liée à ce que la personne est en train de faire. C'est le noeud du problème : la personne ne se rend pas compte de ce qu'elle fait.

 



Eric Brasseur
18 novembre 1998
au 18 décembre 2008